CLICK HERE FOR THOUSANDS OF FREE BLOGGER TEMPLATES »

dimanche 17 avril 2011

Le retour de la pin-up (mais le féminisme n'est toujours pas mort)



Je vais finir par ne plus croire au hasard... quoique.

Donc par un chemin de lien en lien hautement improbable, je suis -encore- retombée sur [celui que je ne nomerai pas] via, allez comprendre, le blog d'une amie qui vit très très loin, un article de kick-boxing, un magazine américain très chic, le cinéma, Coppola, les bad boys du cinéma américain d'il y a 25 ans, le jeans, la moto sur un blog italien et ... une gallerie qui mettra dans quelques jours à l'honneur les pin-ups de la bd et de l'illustration, surfant sur le retour à la mode du strip burlesque.

(vous remarquerez le bon goût des créateurs de cette affiche, en parfaite harmonie avec la charte graphique de ce blog)

Que le kick-boxing me conduise là, ça ne m'étonne pas vraiment.

Et à vrai dire, ça m'a fait rire !

Ce qui est une bonne chose.

De toute façon, quelle que soit la recherche récréative que je fasse sur le net, il semble qu'invariablement, je retombe sur ... le même thême.

Il se trouve qu'en parallèle, je faisais une petite recherche inconographique sur deux autres thêmes se recoupant et, justement, les pin-ups ! (enfin sur le dessin érotique sm, objet d'une prochaine publication spécialement dédicacée)

Ce qui me permet de rebondir, non sur le burlesque ni sur mordre les fesses mais sur le lien photographie-dessin.

Tous les dessinateurs ne sont pas photographes, et tous les photographes ne sont pas dessinateurs.

Je connais mieux l'univers de la photo que celui du dessin.

A vrai dire, je n'y connais même rien du tout. Au dessin.

Mais j'ai un avis :

(oui je fais partie de ces nanas exaspérantes qui ont un avis sur tout et en particulier les trucs dont elles ne connaissent rien!)

Il me semble que l'univers du dessin devrait être bien plus riche, plus imaginatif et plus développé que l'univers de la photographie. Et en particulier en matière d'érotisme. Evidemment.

Or il l'est peu. Il reste très conventionnel. 

Hokusai - Le rêve de la femme
du pêcheur (1820)


Où sous les êtres (animaux, aliens ou...)   fantasmagoriques avec lesquels nous devrions copuler dans l'extase comme nous y invitait déjà Hokusai ?






Où sont les lieux, les situations, et mêmes, pourquoi pas, les machines non encore inventées mais qui devraient exacerber notre érotisme et nous combler de mille plaisirs  ?

Et surtout, surtout, où sont les hommes ?

Parce que, à part les super-héros et les grands méchants... y a pas grand monde !


Fantasy, science-fiction, merveilleux... Après tout, un crayon à la main (même virtuel), on devrait pouvoir tout faire, tout imaginer, en toute liberté. [Je développerai si cela suscite intérêt]

Je ne suis ni déçue, ni blasée, je reste sur ma faim. 


Il est inutile de vous dire, bien sur, que je n'ai moi-même aucun don pour le dessin. (je préfère le dire la première quand même, on ne sais jamais)

Assez bavardé... je vais donc visiter cette galérie avec mes amies et amis qui aiment les courbes.

Amies qui n'ont pas encore mis le féminisme au rebut parce qu'elles savent faire la part des choses.

Parce que grâce à la pin-up, la femme moderne s'est retrouvée partout ou presque, et pas seulement à la cuisine à manier des robots ménagers !

Et l'archétype de la pin-up pour moi (appréciation totalement subjective), c'est Marilyn dessinée et photographiée par Earl Moran.

Evidemment, il y en a beaucoup d'autres que je compte bien (re)decouvrir à cette expo !!


La photo : Marilyn par Earl Moran

La pin-up (oui, elle  n'est pas blonde !)

Selon Earl Moran : She [Marilyn Monroe - Norma Jeane Mortensen] knew exactly what to do, her movements, her hands, her body were just perfect. She was the sexiest. Better than anyone else.
Emotionally, she did everything right. She expressed just what I wanted.


-Là encore, je reviendrai sur le relation modèle-artiste dans un prochain billet-

Marilyn posa pour Earl Moran de 46 à 49, à la même période difficile où fut faite la fameuse photo de nu sur velour rouge (par Tom Kelley), redécouverte en 1952. Au lieu de faire scandale, cette photo lui attira la sympathie du public

comme quoi les gens sont moins cons bêtes qu'on veut bien faire croire.

Marilyn fera la première cover de Playboy en 1953 dans une attitude typiquement pin-up et glamour.
Voici quelques autres photos en musique... (quand je vous dis qu'il n'y a pas de hasard)



dimanche 10 avril 2011

Phylactère

Photo du net

In girum imus nocte et consumimur igni.

***

Il y a une particularité à cette phrase attribuée à Virgile.

***

Et puis c'est bien mieux exprimé sur le blog de Saskwash, même si je ne suis pas tout à fait d'accord avec la fin, alors je vous invite à y aller faire un tour.

B

vendredi 1 avril 2011

Cette photo là...

06 irreconciliable difference (c) Bill Tong



Par le plus grand des hasards, au fil de mes errances nocturnes sur le net et sur les pages amicales d'un reseau social, j'ai découvert l'identité du photographe de cette photo.

Il s'agit de Bill Tong, et l'on peut voir l'ensemble de la série irreconciliable difference sur son espace que je mets ici en lien (Stories, porn report).

C'est un grand plaisir pour moi que de pouvoir -enfin- associer l'artiste à l'oeuvre.

Car il faut bien le dire, on la retrouve souvent anonymement.

Et je suis d'autant plus émue que j'ai eu la chance de le croiser une fois, un homme discret et moi qui suis timide, vous imaginez... on ne s'est pas dit grand chose. Mais peu importe !

Cette photo invite à l'imaginaire, même si la série raconte une histoire.

Mais chacun peut ensuite écrire la suite...

B